Colloque Georges Simenon

Georges_SimenonSimenon, de la lettre à l’image | PROGRAMME

04 & 05.10.2018 | Auditorium Theo Angelopoulos

Georges Simenon est l’auteur francophone dont l’œuvre a été le plus transposée au cinéma et à la télévision. On pense bien sûr aux centaines d’épisodes de « Maigret », en France comme à l’étranger, mais ce sont les adaptations des « romans durs » (c’est-à-dire sans le personnage de Maigret) qui intéressent le plus la critique.

En France, depuis Jean Renoir, Henri Decoin, Julien Duvivier ou Marcel Carné, les plus grands réalisateurs ont adapté Simenon. Claude Autant-Lara, Jean Delannoy, Henri Verneuil, Edouard Molinaro, Jean-Pierre Melville et Pierre Granier-Deferre ont aussi tenté l’expérience…

Ensuite, Bertrand Tavernier, Claude Chabrol, Serge Gainsbourg et Patrice Leconte se sont emparés de l’œuvre. Enfin, dans les années 2000, Cédric Kahn et récemment Mathieu Amalric (en 2014) l’ont adapté.

Comment traduire le style de Simenon, « l’atmosphère » bien particulière de ses romans ? En adaptant Simenon, les réalisateurs ou les scénaristes se trouvent souvent confrontés à un travail de récriture dont ils n’avaient pas mesuré l’ampleur. Quelle est, finalement, la priorité ? Doit-on être fidèle au texte comme Chabrol le préconise ou au contraire fidèle à l’esprit de Simenon selon Tavernier et Leconte ?

Pour tenter de répondre à ces questions, l’université nationale et capodistrienne d’Athènes et l’université de Picardie-Jules Verne réunissent à l’Institut français de Grèce une douzaine de chercheurs venus de Grèce, de France de Roumanie et de Suisse ainsi que le fils du romancier, John Simenon, lui-même producteur de films et de téléfilms.

Sous la direction de :

Bernard Alavoine | maître de conférences, spécialiste de l’œuvre de Georges Simenon, université de Picardie Jules Verne, France

Dimitri Roboly | professeur adjoint en littérature française et comparée, département de langue et littérature françaises, université nationale et capodistrienne d’Athènes, Grèce