Festival de philosophie 2024 « L’Intelligence Artificielle : quel avenir pour la pensée humaine ? »

L’Institut français de Grèce organise, les vendredi 31 mai et le samedi 1er juin 2024, à partir de 19h30, l’édition 2024 du Festival de philosophie.

Cette nouvelle édition, en partenariat avec Philosophie Magazine, invite le public à réfléchir sur le thème « L’Intelligence Artificielle : quel avenir pour la pensée humaine ? ».

« Quand ChatGPT a été lancé, à l’automne 2022, une sorte d’onde de choc s’est répandue dans l’opinion publique mondiale, ou plus exactement une prise de conscience.

Jusque-là, les retombées concrètes de l’Intelligence Artificielle (IA) sur la vie de nos sociétés étaient plutôt appréhendées, par la plupart d’entre nous, à travers des scénarios de science-fiction. Des films comme 2001, l’Odyssée de l’espace ou Her montrent ainsi le comportement qu’aurait un système d’IA qui s’éveillerait et deviendrait malveillant ou indifférent aux destinées des humains, et qui poursuivrait des buts qui lui seraient propres. Par ailleurs, on savait que sur certaines activités spécifiques et circonscrites – comme le jeu d’échecs – la puissance de calcul des ordinateurs faisait mieux que les champions humains.

Mais ce que ChatGPT a rendu soudain évident, c’est que des systèmes d’IA performants sont d’ores et déjà en place dans nos organisations collectives. S’ils ne sont pas conscients ni doués d’une intentionnalité propre, ils ont des conséquences très concrètes. Ces systèmes se sont invités dans notre quotidien progressivement et sans que nous soyons toujours conscients des services qu’ils nous rendent.

Il s’agit par exemple de l’application de géolocalisation qui nous permet d’optimiser nos trajets en tenant compte en temps réel des embouteillages. Ou des propositions en autocomplétion qui nous sont faites lorsque nous tapons un SMS. Ou, pour les gamers, des avatars qu’ils doivent affronter dans certains jeux, qui sont pilotés par des IA. Ou des interactions avec le site des impôts ou d’autres services publics. Ou des robots de conversation qui nous viennent en aide et remplacent le service après-vente ou le service clientèle pour un certain nombre de grandes entreprises. Les sites de météo que nous consultons fonctionnent avec de l’IA.

Nos données personnelles sont également traitées par des IA afin que nous soient adressées des publicités mais aussi des tarifs ciblés sur nos besoins et nos moyens. Dans les pays en guerre, le matériel utilisé, des drones aux chars en passant par les batteries anti-aériennes, sont très équipés en IA. D’énormes masses d’argent sont déplacées chaque jour en Bourse par algotrading.

L’ambition de ce festival est de poser des questions fines et informées sur ces métamorphoses provoquées par l’IA : quel impact pour l’architecture ? Pour la géopolitique et l’art de la guerre ? Pour l’environnement ? Pour le trafic automobile, la création artistique, les loisirs, l’éducation ? Pour le complotisme et la désinformation, sachant que le deep fake ouvre des possibilités presque illimitées de propagation de fausses vidéos ?

Et puis nous poserons cette question qui concerne tout particulièrement la philosophie : que va-t-il rester à l’intelligence naturelle ? Autrement dit, la pensée humaine va-t-elle être amenée à redéfinir ses capacités, ou à en développer de nouvelles, dans cet environnement technologique où elle se voit entourée de nouveaux outils pour manier l’information ? »

Alexandre LACROIX, Directeur de la rédaction de Philosophie Magazine


PROGRAMME DÉTAILLÉ

Vendredi 31 mai

📍 TERRAIN DE TENNIS

◼️ 19h30. Table-ronde d’ouverture : Qu’appelle-t-on intelligence artificielle ?
Avec Alexandre LACROIX, directeur de la rédaction de Philosophie Magazine, Valia KAIMAKI, journaliste et professeure assistante à l’Université Ionienne, Mehdi KHAMASSI, directeur de recherche au CNRS

Dans cette table-ronde introductive, Alexandre Lacroix et deux intervenants du festival, la journaliste et professeure assistante à l’Université Ionienne Valia Kaimaki, et le directeur de recherche au CNRS Mehdi Khamassi, proposeront quelques définitions pour lancer deux soirées de discussions et de débats.

◼️ 20h30. Conférence : La technologie va-t-elle faire de nous des soldats ?
Avec Asma MHALLA, chercheuse à l’EHESS et politologue.

Intelligence artificielle, réseaux sociaux, implants cérébraux, satellites, métavers… Le choc technologique sera l’un des enjeux clés du XXIe siècle et les géants américains, les « BigTech », sont à l’avant-garde. S’attaquant à tous les faux débats qui nous font manquer l’essentiel, Asma Mhalla ose ainsi une thèse forte et perturbante : les technologies de l’hypervitesse, à la fois civiles et militaires, font de chacun d’entre nous, qu’on le veuille ou non, des soldats. Nos cerveaux sont devenus l’ultime champ de bataille. Il est urgent de le penser car ce n’est rien de moins que le nouvel ordre mondial qui est en jeu, mais aussi la démocratie.

◼️ 21h30. Conférence : Les dilemmes éthiques de l’IA
Avec Alexandre LACROIX, directeur de la rédaction de Philosophie Magazine

Les programmes d’IA posent d’ores et déjà des dilemmes éthiques très concrets. Les logiciels d’aide à la prise de décision, fréquemment employés par le système policier et judiciaire mais aussi par les banques et les assurances, risquent-ils de creuser les inégalités ? En situation d’accident inévitable, que doit faire une voiture autonome : protéger les passagers ou les piétons ? Donner priorité aux femmes enceintes et aux enfants ? Comment faire pour que ChatGPT ne dynamite pas la relation d’enseignement dans le milieu éducatif et que les élèves conservent une éthique du travail personnel bien fait ?

◼️ 22h30. Présentation : Les usages et l’impact de l’IA en architecture
Avec Philippe MOREL, architecte et professeur associé (Bartlett School of Architecture, ENSA Paris-Malaquais), Angelos CHRONIS, ingénieur et professeur (IAAC, AIT).

Les architectes Philippe Morel et Angelos Chronis échangeront sur les usages et l’impact de l’intelligence artificielle en architecture, explorant la diversité des recherches poursuivies dans un secteur situé à la croisée de la philosophie, des sciences et des techniques.

Avec des travaux de : Wanyu He, Adeline Chan, Pierre Cutellic, Julian Besems, Immanuel Koh, Certain Measures, Tasos Varoudis.

📍 JARDIN

◼️ 21h30. Table-ronde : Quelle gouvernance pour les algorithmes en démocratie ?
Avec Lilian MITROU, professeure de droit à l’Université de l’Égée, Célia ZOLYNSKI, professeure agrégée de droit privé à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Vangelis KARKALETSIS, directeur de l’Iinstitut d’Informatique et de Télécommunications (IIT), NCSR Demokritos.
Modération : Valia KAIMAKI, journaliste et professeure assistante à l’Université Ionienne.

Profilage, transparence, traitement des données personnelles… Où en sommes-nous, tant du point de vue des avancées scientifiques et technologiques que de celui des droits nationaux et internationaux ? Deux spécialistes du droit du numérique et de la propriété intellectuelle, la Française Célia Zolynski et la Grecque Lilian Mitrou, aux côtés du chercheur en informatique et télécommunications Vangelis Karkaletsis, s’interrogeront sur la gouvernance possible des algorithmes, présents désormais dans tous les aspects de notre vie quotidienne.

Samedi 1er juin

📍 IFG – SALLE PETIT PRINCE

◼️ 17h00-19h00. Ateliers pédagogiques ludiques autour de l’intelligence artificielle
Avec Gabrielle HALPERN, philosophe et Orphée DE CORBIERE-KALESSIS, acteur et metteur en scène

Ateliers bilingues (grec et français)

👾 17h00-17h45. Atelier 6-12 ans.
Quelle est la différence entre les animaux et les êtres humains ? Quelle est la différence entre les êtres humains et les robots? Cet atelier qui s’adresse à des enfants entre 6 et 12 ans explorera d’une manière ludique et interactive les différences entre les vivants qui peuplent la Terre pour inviter les participants à réfléchir à l’intelligence artificielle: jeux, devinettes, exercices en binômes et dessins seront mobilisés pour cultiver leur imagination!

Nombre de participants : 15 personnes

Les places sont limitées. Afin de sécuriser la vôtre, veuillez nous communiquer le nom et prénom des participants à l’adresse [email protected] 

👾 18h00-18h45. Atelier 13-16 ans.
Quelle est la différence et quelles sont les ressemblances entre les êtres humains et les robots? Cet atelier qui s’adresse à à des adolescents à partir de 13 ans, a pour objectif de faire réfléchir les participants aux enjeux de l’intelligence artificielle dans un contexte scolaire, académique et professionnel. Jeux, exercices en binômes et atelier d’écriture seront mobilisés pour provoquer leur imagination!

Nombre de participants : 30 personnes

Les places sont limitées. Afin de sécuriser la vôtre, veuillez nous communiquer le nom et prénom des participants à l’adresse [email protected] 

📍 TERRAIN DE TENNIS

◼️  19h30. Table-ronde : L’IA, un tremplin pour les théories du complot et les fake news ?
Avec Asma MHALLA, chercheuse à l’EHESS et politologue, Sotiris TRIANTAFYLLOU, journaliste et président de la Fédération panhellénique des syndicats de journalistes.
Modération : Valia KAIMAKI, journaliste et professeure assistante à l’Université Ionienne.

Par quels mécanismes l’IA amplifie-t-elle les phénomènes de désinformation ? Sert-elle de catalyseur aux théories du complot et aux fake news ? Et quelles sont les conséquences pour les journalistes dans l’exercice dans leur métier ? En cette année électorale où la moitié de la population mondiale est appelée aux urnes, la chercheuse et politologue Asma Mhalla et les journalistes Sotiris Tryiantafyllou et Valia Kaimaki analyseront les implications de cette accélération technologique pour les médias, et les évolutions dans la production et diffusion de l’information à partir d’exemples grecs, français et internationaux.

◼️  20h30. Conférence : Écrire et penser à l’ère de ChatGPT
Avec Raphaël ENTHOVEN, philosophe et écrivain

De la science au droit, de la médecine aux questions militaires, l’intelligence artificielle bouleverse tous nos champs de compétence. Tous ? Non ! En philosophie, l’IA ne sert à rien. Pourquoi le geste tout simple qui consiste à trouver une problématique, c’est-à-dire à transformer une question en problème pour en faire la colonne vertébrale d’une réflexion, demeure-t-il hors de sa portée ? À quoi tient cette singularité, ce je-ne-sais-quoi ? Pourquoi la pratique de la philosophie est-elle inaccessible à l’intelligence artificielle ? Et pourquoi l’humanité demeure-t-elle un casse-tête pour la machine ? C’est la même question. Raphaël Enthoven montre que la pensée humaine a encore de beaux jours devant elle.

◼️  21h30. Table-ronde : Intelligence artificielle et pratiques de l’art contemporain
Avec Poka YIO, artiste, commissaire d’exposition et professeur à l’école des Beaux-Arts d’Athènes, Stavroula ZOI, ingénieure informatique et chercheuse interdisciplinaire en technologies créatives, Lito KATTOU, artiste
Modération : Thomas SYMEONIDIS, écrivain et maître de conférences à l’école des Beaux-Arts d’Athènes

Que savons-nous finalement de l’IA et qu’est-ce qui la rend si novatrice ? Quels changements entraîne-t-elle dans les pratiques artistiques contemporaines ? Quels prolongements et quels liens peut-on entrevoir pour élargir la réflexion sur le rôle de la technologie et de l’art dans la société ? Une discussion qui incite à la réflexion sur les enjeux éthiques, sociaux et politiques de l’IA et sur son degré d’implication dans les pratiques artistiques contemporaines.

◼️ 22h30. Cinéphilo : Rester humain dans un monde digital
Avec Ollivier POURRIOL, philosophe, réalisateur, écrivain

Nous sommes entrés depuis quelques années dans le monde des données et de leur analyse automatisée. C’est un bouleversement d’une telle ampleur que certains ont pu parler de « bombe numérique ». Leibniz rêvait déjà d’une machine à produire des vérités en se passant de l’esprit humain, mais la métamorphose numérique, en nous dictant de nouvelles manières d’être et de travailler, nous oblige surtout à redéfinir le sens du mot « humain », et à le faire ensemble.

Conférence accompagnée d’extraits de films : Matrix, Her, Les Mitchell contre les machines, La vie rêvée de Walter Mitty

📍 JARDIN

◼️ 19h30. Conférence : Pour une nouvelle culture de l’attention
Avec Célia ZOLYNSKI, professeureprofesseure agrégée de droit privé à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Mehdi KHAMASSI, directeur de recherche au CNRS.

Dans cet ouvrage publié au printemps 2024, les auteurs décrivent les ressorts cognitifs et psychosociaux utilisés par les algorithmes et le marketing digital pour capter notre attention, nous maintenir engagé(e)s, nous cerner, nous orienter, nous soustraire des données contre notre gré… avec un cadre légal à repenser. Co-écrit avec Stefana Broadbent (anthropologue spécialiste du numérique) et Florian Forestier (philosophe), tou(te)s les quatre croisent les apports des sciences cognitives, du design, de la philosophie et du droit pour proposer des voies afin de restaurer nos libertés et bâtir une véritable régulation de la question attentionnelle dans le monde numérique.

◼️ 20h30. Table-ronde : Intelligence artificielle et environnement : une coopération au service du développement durable

  1. L’intelligence artificielle pour une agriculture écoresponsable et pour l’environnement
    Dimitris BORMPOUDAKIS, associé scientifique à l’Unité opérationnelle BEYOND de l’Institut d’astronomie, d’astrophysique, d’applications spatiales et de télédétection (IAASARS), Observatoire national d’Athènes
  2. Contribution de l’intelligence artificielle à la prévision météorologique précise et à la création de services spécialisés de pronostic précoce
    Stavros SOLOMOS, Chercheur principal, Centre de recherches en physique atmosphérique et climatologie, Académie d’Athènes
  3. Intelligence artificielle et épidémiologie : comment l’intelligence artificielle va révolutionner la lutte contre les épidémies
    Mariza KASKARA, associée scientifique à l’Unité opérationnelle BEYOND de l’Institut d’astronomie, d’astrophysique, d’applications spatiales et de télédétection (IAASARS), Observatoire national d’Athènes

Modération : Dr. Haris KONTOES, directeur de recherches et directeur scientifique de l’Unité opérationnelle BEYOND de l’Institut d’astronomie, d’astrophysique, d’applications spatiales et de télédétection (IAASARS), Observatoire national d’Athènes

◼️ 21h30. Conférence : À quoi ressemblera l’humain augmenté ?
Avec Gabrielle HALPERN, philosophe

Pourquoi l’être humain a-t-il ressenti le besoin de produire de nouvelles technologies? Que disent-elles de nous? Lorsqu’il est apparu dans le monde, l’être humain s’est vu relativement peu avantagé par rapport aux autres animaux. En effet, la nature, écrivait le philosophe allemand Emmanuel Kant, n’a donné à l’être humain, ni les cornes du taureau, ni les griffes du lion, ni les ailes de l’oiseau. Comment survivre dans de telles conditions ? Le développement de l’intelligence artificielle s’inscrit dans une longue histoire de production d’outils permettant à l’être humain d’augmenter son pouvoir. Mais quels êtres humains va-t-elle faire de nous et quels êtres humains pourrait-elle nous permettre de devenir ? Est-ce vraiment l’intelligence artificielle qui nous augmentera ?


INTERVENANT(E)S

📚 Les derniers ouvrages des intervenant(e)s seront disponibles à la vente lors des deux soirées du festival, en collaboration avec la librairie Lexikopoleio.

Stavros Solomos
Stavros Solomos est chercheur principal au Centre de recherches en physique atmosphérique et climatologie de l’Académie d’Athènes. Ses travaux de recherche portent sur le développement de modèles atmosphériques pour la description des phénomènes météorologiques. Depuis 2013 et jusqu’en 2020, il a travaillé au sein de l’Unité opérationnelle BEYOND de l’Institut d’astronomie, d’astrophysique, d’applications spatiales et de télédétection (IAASARS), à l’Observatoire national d’Athènes, en tant que chargé du développement de la prévision numérique du temps des applications FireHUB et DustHUB.

Dimitris Bormpoudakis
Dimitris Bormpoudakis est diplômé en Biologie (BSc) et en Écologie des plantes indigènes (MSc) du Département de Biologie de l’Université Aristote de Thessalonique. Il est titulaire d’un doctorat en Gestion de la biodiversité, obtenu en 2016 de l’université de Kent (School of Anthropology and Conservation). Son travail à l’Observatoire national d’Athènes se concentre sur l’analyse de données sur la biodiversité et les services écosystémiques dans les agroécosystèmes, ainsi que sur la gestion des espèces et des habitats.

Angelos Chronis
Angelos Chronis est directeur général et cofondateur d’Infrared City GmbH, codirecteur du Master d’Intelligence Artificielle en architecture et environnement construit à l’Institut d’architecture avancée de Catalogne et ingénieur de recherche principal à l’Institut autrichien de technologie de Vienne. Son travail se concentre sur la conception performative, la simulation, l’IA et la conception et l’optimisation basées sur les données, ainsi que sur les interfaces interactives et l’AR/VR.

Raphaël Enthoven
Professeur de philosophie et écrivain, éditorialiste et conseiller de la rédaction de Franc-Tireur, Raphaël Enthoven a aussi animé plusieurs émissions de radio, notamment sur France Culture et Europe1. Il a publié cette année L’esprit artificiel (L’Observatoire), ouvrage dans lequel il explore les frontières de l’intelligence artificielle et de l’intelligence humaine.

Gabrielle Halpern
Docteur en philosophie et diplômée de l’École Normale Supérieure, Gabrielle Halpern a travaillé au sein de différents cabinets ministériels avant de co-diriger un incubateur de startups. Ses travaux de recherche portent depuis près de quinze ans sur la notion de l’hybridation.

Valia Kaimaki
Journaliste grecque francophone, Valia Kaimaki est productrice de radio pour ERT et a dirigé l’édition grecque du Monde diplomatique. Elle est également professeure assistante à l’université ionienne. Ses travaux de recherche portent autour de l’IA dans les médias, les réseaux sociaux, internet et les fake news.

Vangelis Karkaletsis
Dr. Vangelis Karkaletsis est directeur de l’Institut d’informatique et de télécommunications au Centre national grec de recherche Démokritos et membre du Comité consultatif de haut niveau pour l’intelligence artificielle auprès du Premier ministre. Ses travaux de recherche portent notamment sur l’intelligence artificielle, la gestion des Big Data, l’interaction homme-machine et sur l’analyse de contenu.

Mariza Kaskara
Mariza Kaskara est diplômée de la Faculté des ingénieurs agronomes et topographes de l’Université polytechnique nationale d’Athènes, spécialisée en géodésie et télédétection satellitaires. Elle est également titulaire d’un master en Management de projet et entrepreneuriat de l’University College London. À l’Observatoire national d’Athènes, elle supervise la mise en œuvre de projets, gère les relations avec les partenaires et élabore des propositions de projets, soumises dans le cadre des programmes de financement de l’UE pour l’innovation.

Lito Kattou
Lito Kattou est une artiste visuelle basée à Athènes. Elle est diplômée de l’École des Beaux-Arts d’Athènes et du Royal College of Art de Londres, où elle a obtenu un diplôme de troisième cycle en sculpture. À travers des interventions artistiques qui s’étendent de la production numérique aux traitements thermochimiques, sa pratique interroge la relation entre les hommes, les animaux, l’environnement et la technologie, l’altérité et la cohabitation. Ses œuvres ont été exposées dans des centres d’art, des institutions et à l’occasion d’événements culturels organisés à Athènes et à l’étranger.

Mehdi Khamassi
Directeur de recherche employé par le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), affecté à l’Institut des Systèmes Intelligents et de Robotique (ISIR), sur le campus de Sorbonne Université, Mehdi Khamassi est coauteur de l’ouvrage Pour une nouvelle culture de l’attention (Odile Jacob).

Haris Kontoes
Dr. Haris Kontoes a obtenu en 1985 le diplôme d’ingénieur agronome et topographe de l’Université polytechnique nationale d’Athènes. Il est également diplômé en Systèmes informatiques de l’Université Paris VI Jussieu (1986) et en Géographie (MSc) de l’Université Paris VI Jussieu (1986), et titulaire d’un doctorat (PhD) en Téledetection de l’Université polytechnique nationale d’Athènes (1992). En 1997 il rejoint l’Observatoire national d’Athènes en tant que chercheur assistant (1997-2000), chercheur associé (2000-2003), chercheur principal (2003-2010) et depuis 2010, en tant que Directeur de recherches de de l’Institut d’astronomie, d’astrophysique, d’applications spatiales et de télédétection (IAASARS).

Alexandre Lacroix
Ecrivain et directeur de la rédaction de Philosophie Magazine depuis le lancement du journal, en 2006, Alexandre Lacroix a publié une vingtaine d’ouvrages. Il est également enseignant et dirige la collection d’essais « Les Grands Mots » aux éditions Autrement. En lien avec la technologie, il a publié deux essais : Ce qui nous relie (Allary éditions, 2016), une enquête qui conduit de Julian Assange à la Silicon Valley en passant par les milieux complotistes, et Comment ne pas être esclave du système ? (Allary éditions, 2021).

Asma Mhalla
Docteure en sciences politiques, Asma Mhalla est chercheure au Laboratoire d’Anthropologie Politique de l’EHESS. Politologue spécialiste de la géopolitique de la Tech et de l’IA, elle conseille gouvernements et institutions dans leur politique publique technologique. Elle a produit et animé, à l’été 2023, l’émission CyberPouvoirs sur France Inter et publié en février 2024 son premier essai Technopolitique aux éditions du Seuil. Ses travaux portent en particulier sur les reconfigurations politiques et géopolitiques portées par les technologies : désinformation, réseaux sociaux et enjeux démocratiques, géopolitique de l’Intelligence Artificielle, souveraineté technologique, nouvelles formes de pouvoir et de puissance entre Big Tech et Etats.

Lilian Mitrou
Lillian Mitrou est professeure à l’Université de l’Égée, Présidente de l’Institut pour la vie privée, les données personnelles et la technologie, avocate au Barreau d’Athènes et directrice de la rédaction de la revue Droit de la technologie et de la communication. Elle enseigne en tant que professeure invitée à l’Université d’économie d’Athènes et à l’Université du Pirée. Conseillère de l’ancien premier ministre Simitis de 1996 à 2004, elle a été membre de l’Autorité de protection des données personnelles (1999-2003) et du Conseil national de radio-télévision. Elle a dirigé et coécrit l’ouvrage collectif L’algorithme peut-il…? (Presses universitaires de Crète).

Philippe Morel
Philippe Morel est architecte, théoricien et entrepreneur, co-fondateur d’EZCT Architecture & Design Research (2000) et initiateur et Président fondateur de la société d’impression 3D à grande échelle XtreeE (2015). Il enseigne comme professeur associé à la Bartlett School of Architecture – University College London, où il dirige le programme Architectural Computation MSc/MRes, et à l’École nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais, où il a co-fondé et dirigé les département et programme d’enseignement Digital Knowledge.

Ollivier Pourriol
Agrégé de philosophie, ancien élève de l’ENS Ulm, créateur des conférences Cinéphilo. Ollivier Pourriol est également écrivain, scénariste pour le cinéma et créateur de BD (La vérité sur Socrate, éditions Les Arènes).

Thomas Symeonidis
Thomas Symeonidis enseigne l’esthétique et la philosophie à l’École des Beaux-Arts d’Athènes et la théorie du design dans le cadre du master « Design avancé : Innovation et transdisciplinarité dans le design » de l’École d’architecture de l’Université Aristote de Thessalonique. Il est également auteur et traducteur de Jacques Rancière

Sotiris Triantafyllou
Sotiris Tryantafyllou est journaliste, président de la Fédération panhellénique des syndicats de journalistes (Posey). Sotiris Triantafyllou est par ailleurs directeur de communication de la Fédération grecque de football et écrit pour des journaux et médias sportifs et politiques. Il est membre du corps enseignant de l’université de Panteion et enseigne à l’université du Péloponnèse.

Poka Yio
Artiste visuel, commissaire d’exposition et professeur à l’École des Beaux-Arts d’Athènes, Poka-Yio est également consultant en stratégie et coach en développement personnel. Titulaire d’une licence en peinture et d’un master en art numérique de l’École des Beaux-Arts, il est le fondateur et le directeur de la Biennale d’Athènes depuis 2005 et le directeur du centre d’art Alpha Station-Athenian Centre for Contemporary Art jusqu’en 2004.

Stavroula Zoi
Dr Stavroula Zoi est ingénieure en informatique et chercheuse interdisciplinaire en technologies créatives. Depuis 2004, elle enseigne à l’École des Beaux-Arts d’Athènes (Laboratoire multimédia, Master franco-hellénique « Art et réalité virtuelle » en collaboration avec l’Université de Paris-8). Depuis février 2023, elle est chercheuse postdoctorale au Département de technologie culturelle de l’Université de l’Égée.

Célia Zolynski
Célia Zolynski est professeur agrégée de droit privé à l’Ecole de droit de la Sorbonne de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne où elle codirige le Département de recherche en droit de l’immatériel de la Sorbonne (IRJS-DreDis) et l’Observatoire de l’IA de Paris 1. Membre du Comité national pilote d’éthique et numérique (CNPEN), du comité de la prospective de la CNIL, elle est en outre personnalité qualifiée au sein de la Commission consultative nationale des droits de l’Homme (CNCDH) et du Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique (CSPLA). Elle est notamment co-auteur d’un ouvrage proposant des pistes de régulation de l’économie de l’attention : Pour une nouvelle culture de l’attention (S. Broadbent, F. Forestier, M. Khamassi, C. Zolynski, Editions Odile Jacob, 2024).

31 Mai - 01 Juin 2024

Jardins de l'École française d'Athènes (6, rue Didotou)

Entrée libre | Traduction simultanée 
Festival de philosophie 2024 « L’Intelligence Artificielle : quel avenir pour la pensée humaine ? »
Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience